Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 18:43
Charles Konan Banny : de l’ambition démesurée à l’irresponsabilité politicienne

Une tribune internationale de Franklin Nyamsi

Professeur agrégé de philosophie, Paris, France

Décidément, l’abîme qui sépare l’homme politique du politicien se fait chaque jour plus grand en Côte d’Ivoire. Servir l’intérêt général, telle est la finalité du politique : une vocation, un sacerdoce publics. Se servir du peuple comme marchepied pour ses pulsions égocentriques, telles sont les bornes mentales du politicien : il fait alors feu de tout bois, tous les moyens étant bons pour lui s’ils sont efficaces. Lâcheté suprême ! Quand un homme ne prend son courage à deux mains que dans les circonstances qui paraissent lui être profitables, il y a deux hypothèses légitimes à son sujet : soit c’est un égoïste, soit c’est un lâche. Dans le premier cas de figure, il va de soi que ce sont sans doute les conséquences d’un narcissisme fort ancien et mal soigné qui s’expriment maladroitement ainsi. Dans la seconde hypothèse, notre personnage est en réalité un profiteur de circonstances, qui sèche sa chemise du côté où se trouve le soleil et couvre de louanges suspectes car flatteuses, ceux qui lui en octroient le plaisir fugace. Comment douter que les descriptions qui précèdent correspondent particulièrement au personnage de Charles Konan Banny, ancien président de la Commission Vérité et Réconciliation, ancien et très éphémère premier ministre de Côte d’Ivoire, ancien gouverneur de la BCEAO ? Epluchant les prises de position et propos à la limite de la truculence, que le désormais candidat libre à la présidentielle ivoirienne 2015 délivre à volonté à travers les médias ivoiriens et internationaux, je voudrais montrer qu’un esprit perspicace et lucide ne manquera pas de reconnaître trois constantes : 1) Charles Konan Banny est un personnage politique hypocrite, lâche et inconstant dans ses prises de position publiques ; 2) La candidature de Charles Konan Banny à la présidentielle 2015 n’a rien d’original, tant du point de vue de sa vision politique que de sa capacité pragmatique à transformer la Côte d’Ivoire ; 3) Charles Konan Banny n’a qu’un rêve : dépouiller le FPI de son électorat en passant pour l’intime de Laurent Gbagbo et inscrire éventuellement la fonction de Président de la République dans sa mythologie narcissique personnelle. Je m’attacherai dans les lignes qui suivent à étayer les trois constantes sus-évoquées.

Hypocrisie, lâcheté, inconstance du politicien

Comme il se plaît à le reconnaître lui-même, toute la carrière professionnelle et politique de Charles Konan Banny a été faite de nominations, jamais d’élections. Or qui nomme-t-on volontiers sous nos tropiques ? Pas seulement des gens compétents, mieux, pas nécessairement. Avant tout, on nomme des gens fidèles, loyaux envers celui qui les nomme, à qui ils retourneront ainsi l’ascenseur en veillant à ses intérêts. Gouverneur de banque, Premier ministre, Président de la CDVR, on n’a jamais entendu Charles Konan Banny broncher contre ceux qui l’ont nommé, parce qu’il savait leur devoir tout et n’avoir, par lui-même, aucune légitimité politique ou démocratique. D’où vient-il donc que celui qui doit tout à Houphouët, à Bédié, à Gbagbo, puis à Ouattara, bref celui-là même qui doit tout aux autres se présente comme valable en soi alors que jamais dans sa carrière due, il ne prit le risque d’affirmer une personnalité, une vision, un caractère propres ? Comment vouloir présider à la république de Côte d’Ivoire alors qu’on n’a jamais pris le moindre risque pour ce pays quand il en était temps ? Comment utiliser le contenu de fonctions exercées grâce aux nominations gracieuses pour contester ceux qui vous les ont octroyées ? Cela s’appelle de l’hypocrisie incarnée et même de l’ingratitude.

Il y a pire pourtant chez Charles Konan Banny. La lâcheté : premier ministre sous Laurent Gbagbo, on a vu la mollesse de Charles Konan Banny devant les oukases du chef des frontistes, qui l’humilia matins et soirs avec constance, avant de reconnaître que de tous les premiers ministres qu’il avait eus, ce n’était ni Pascal Affi N’guessan, ni Seydou Diarra, ni Charles Konan Banny, mais l’ex-Chef de la rébellion ivoirienne, Guillaume Soro, qui fut le meilleur. L’inconstance de Charles Konan Banny vient parachever le portrait de l’homme, louvoyant désormais entre les lignes du PDCI-RDA, du RHDP et du FPI, à la recherche de soutiens aussi contradictoires qu’imaginaires, pour un seul but : être lui aussi président de la république de Côte d’Ivoire. Fâcheuse obsession ! Où était Charles Konan Banny quand l’ivoirité divisait ce pays dans les années 90 ? Au diable vauvert. Qu’a t-il dit, fait, écrit de bon pour éviter à son pays la descente aux Enfers de la discrimination nationalitaire, puis criminelle inspirée par cette idéologie perverse ? Rien qui vaille. Où était Charles Konan Banny quand le pouvoir FPI transformait les Ivoiriens du Nord, les étrangers ouest-africains, les citoyens français en victimes expiatoires quotidiennes de sa xénophobie et de sa haine ? Il faisait le mort. Chaque fois que la Côte d’Ivoire a frôlé l’Apocalypse, cet homme s’est défilé comme une éclipse, pour ne réapparaître que quand on redistribue des postes. Qu’on nous trouve donc les photos, vidéos ou textes de Charles Konan Banny dirigeant une manifestation, une marche, une action de résistance radicale au mal dominant, quand la Côte d’Ivoire avait besoin d’engagements ! Où était Charles Konan Banny quand on arrêtait Gbagbo le 11 avril 2011 ? Bien au chaud. Où était-il quand on le transférait à La Haye ? Tranquille, à s’occuper du budget de sa CDVR. Pourquoi Banny, alors premier ministre, n’a-t-il pas lui-même conduit à sa fin l’enquête sur le casse de la BCEAO à Bouaké alors qu’il en désire absolument les conclusions aujourd’hui ? Quel finaud ! Toujours à vouloir passer entre les gouttes de la pluie, dans une logique exagérée du Gblê. Non ! On ne peut diriger légitimement et utilement une nation pour laquelle on n’a jamais rien risqué et dont on s’est régulièrement engraissé. Or donc, il apparaît clairement que Charles Konan Banny fait partie de ces gens qui ne parlent pas tant qu’ils ont la bouche pleine, voire qui ne parlent que pour de nouveau la remplir. Les insatiables mangécrates de nos tropiques.

De la vacuité substantielle d’une candidature

Longtemps après avoir été nommé à tous les postes dont il se gargarise volontiers au lieu de multiplier des actes de reconnaissance, Charles Konan Banny se pique désormais du noble désir d’être élu. Soit, devrait-on dire. On se serait au moins attendu que l’homme commençât par vouloir être député de quelque circonscription, pour tester sa popularité dans un microcosme de la nation. Que non. Banny se voit au pinacle comme le signale d’ailleurs un de ses plus beaux lapsi à la fin d’une interview donnée à la Chaîne Web Events News TV, le 16 mars 2015 en Europe : « Je suis président de la république … Oh pardon, je ne le suis pas encore ». Nous avons tous le droit de rêver, soyons indulgents. Candidater à la présidentielle, dans une démocratie, n’est ni une contravention, ni un délit, ni un crime. C’est un acte légal et légitime de citoyenneté qui ne fera scandale que dans les esprits monomaniaques habitués à vivre en autocratie et allergique au fonctionnement pluraliste des démocraties modernes. Que Charles Konan Banny veuille donc être président de la république de Côte d’Ivoire, c’est parfaitement son droit en tant que citoyen de son pays et nul esprit sensé ne le lui contestera. Cela en rajoutera du reste à la valeur pluraliste de la campagne et à la crédibilité du système démocratique ivoirien. Pourtant, s’en tenir là, n’est-ce pas ignorer le fond du problème au nom d’un formalisme démocratique plutôt candide?

Il faut sérieusement s’intéresser à la substance de la candidature de Charles Konan Banny. On découvre alors le pot aux roses. Que de contradictions dans le projet de notre politicien ! Banny reconnaît que la politique économique et la politique internationale du président Ouattara, dont il est lui-même par ailleurs comptable en tant qu’ancien président d’institution et en tant que membre du PDCI-RDA, est celle qui devrait être menée. A propos de la politique économique et de la politique internationale du président Ouattara, qui pratique un libéralisme social d’une part et d’autre part une diplomatie de la solidarité proactive entre peuples, Etats et Institutions Internationales, Charles Konan Banny qu’on n’a jamais vu briller sur ces sujets par le passé, avoue cependant sur Events News TV : « Je ne ferai pas plus mal que ce qu’ils font ». A quoi sert-il donc de vouloir remplacer une équipe qui gagne déjà les batailles essentielles de la nation ? Le manque de pugnacité des interrogateurs se dévoile ici dans leurs silences.

Mais peut-être est-ce plutôt parce que Banny croit pouvoir damer le pion au régime Ouattara sur les plans de la justice politique et des enjeux de la réconciliation nationale. L’homme prétend donc retourner à l’envoyeur ce qu’il considère lui-même comme sa nomination « piège » par le président Ouattara à la tête de la CDVR. Quels sont donc les arguments de Banny pour croire que les conclusions de la CDVR plaident pour l’habiliter à diriger le pays à l’issue des élections 2015 ? Ils sont globalement au nombre de trois : 1) La culpabilité collective supposée établie des camps Ouattara et Gbagbo par le rapport de la CDVR ; 2) L’absence d’une justice équitable pour tous sous le régime Alassane Ouattara ; 3) La légitimité absolue du PDCI-RDA, et en son sein de ses « irréductibles » qui n’ont trempé avec aucun des camps en conflit.

A notre connaissance, le rapport de la CDVR souffre précisément d’un vice de méthode, lié à l’intention originelle de Charles Konan Banny d’instrumentaliser ledit rapport pour ses ambitions présidentielles. Quel est le vice insidieux de ce rapport ? Il met sur le même plan les acteurs du régime Gbagbo, qui a provoqué la crise postélectorale 2010-2011 et les acteurs du régime Ouattara, qui ont agi en légitime défense contre l’agression perpétrée par le régime du FPI contre la souveraineté populaire ivoirienne. Banny a donc largement contribué à confondre dans le même lot, victimes et coupables, agresseurs et résistants en légitime défense. Or donc, si le coupable de la crise postélectorale 2010-2011, c’est le régime de Laurent Gbagbo, c’est toute la pseudo-démonstration du manipulateur de la CDVR qui s’écroule. Rétrospectivement, on ne pourrait dès lors, que suggérer au Président Ouattara de se méfier pleinement du rapport de la Commission-Banny, eu égard aux intentions actuellement révélées par ce commissionnaire au double langage. La CDVR, décidément, est morte-née des ambitions démesurées de Charles Konan Banny. Et dire que 16 milliards de fcfa se sont ainsi envolés !

Banny s’attaque en outre aux conclusions actuelles de la justice ivoirienne qu’il propose de désigner désormais, non pas seulement comme une justice des vainqueurs, mais comme « une justice aux ordres ». Comment comprendre que quelqu’un qui a volontiers accepté de travailler sous les ordres du président de la république conteste la légitimité des institutions judiciaires du pays qu’il a pourtant contribué à cautionner ? La contradiction flagrante de Banny est d’autant plus odieuse qu’elle s’accompagne d’une amnésie tactique presque piteuse. Elle est donc aux ordres, la justice ivoirienne, quand on libère 14 soldats FDS jugés pour l’assassinat présumé des populations d’Abobo et déclarés finalement non coupables ? Elle est aux ordres quand tous les acteurs secondaires de la direction du FPI écopent de peines symboliques en raison de leur non implication directe dans la chaîne hiérarchique qui a orchestré la crise postélectorale ? Elle est aux ordres, la justice ivoirienne, quand elle condamne fermement Madame Gbagbo qui se targuait elle-même d’être la véritable numéro 2 du régime de son époux, se présente avec arrogance au Tribunal et refuse de reconnaître son rôle funeste dans la radicalisation criminelle de la Refondation ?

Banny prétend enfin que le PDCI-RDA, pourtant parti autrefois doctrinaire de l’ivoirité avant le FPI, se partage désormais entre les Suiveurs de l’Appel de Daoukro et les Irréductibles dont il se proclame le chef, face au Président Bédié. Rappelons cependant que Banny doit toute sa carrière passée à ses talents de suiveur…Mais qui reste-t-il derrière et que reste-t-il derrière Banny ? Comment comprendre que Banny se croit encore majoritaire dans le PDCI-RDA alors que l’écrasante majorité des militants et députés de ce parti à régulièrement suivi et soutenu les orientations décisives données par le président Bédié lors des deux derniers congrès décisifs de cette formation politique en 2013 et en 2015 ? Dans l’art de la politique fiction, on a rarement vu mieux. La candidature unique du président Ouattara, tant contestée aujourd’hui par le nouvel « irréductible » Banny, n’est pas une entorse au RHDP, mais une réforme pragmatique du RHDP au regard de son expérience de cogestion du pouvoir depuis la présidentielle 2010 gagnée par le président Ouattara. Comptable du bilan Ouattara, le PDCI-RDA, dont le président Ouattara est issu comme le RDR, ne saurait se tirer lui-même une balle au pied en 2015, en critiquant une mandature à laquelle il a lui-même contribué. Ainsi, au fond, Banny a dû parier sur autre chose pour se lancer dans cette campagne présidentielle. Car au PDCI, c’est trop dire que Charles Konan Banny ne détient que quelques miettes électorales. Mais sur quoi fantasme-t-il donc au juste ?

Le rêve fou de Charles Konan Banny : ravir l’électorat du FPI de Laurent Gbagbo

Comment faire de miettes électorales une majorité présidentielle ? Après le miracle chrétien de la multiplication des pains, voici celui de la multiplication bannyenne des miettes électorales. Charles Konan Banny se voit en dépositaire du plus grand miracle politique de l’an 2015 en Côte d’Ivoire. Comment ? Notre homme, qui n’est pas fou même s’il rêve follement, a certes perdu tout espoir de régir le PDCI-RDA, le président Bédié l’ayant étalé à plate couture. En outre, Konan Banny n’a aucune chance d’obtenir une seule voix de l’électorat du RDR. Que faire dès lors, quand on croit mordicus en sa propre étoile ? Miser sur l’hypothèse la plus absurde, comme le joueur de cartes obsédé abattrait une carte quelconque en croyant avoir ainsi un joker. Charles Konan Banny a décidé de jeter son dévolu sur l’électorat du FPI de Laurent Gbagbo qu’il n’a jamais autant caressé dans le sens du poil. Multipliant à volonté des anecdotes médiatiques sur son intime fraternité avec Gbagbo, pleurant publiquement à chaudes larmes de crocodile la mère défunte de l’ex-président ivoirien, jurant qu’il s’est toujours opposé à son transfert à La Haye par amour pour la Côte d’Ivoire, Banny se présente désormais comme celui qui aime le FPI plus que le FPI ne s’aime lui-même. Mieux encore, Banny disculpe volontiers l’électorat frontiste des crimes commis par les dirigeants du FPI, comme si Gbagbo avait pu agir aussi criminellement sans l’appui de larges franges de l’opinion et de la population acquises à sa cause. Ainsi faisant, Banny ne devient-il pas le nouveau parrain du camp de l’ivoirité ? Ce faisant, Banny ne devient-il pas comptable du bilan calamiteux de la Refondation qu’il n’aura jamais réellement affrontée ni contestée ? Voilà comment Charles Konan Banny passe allègrement de l’ambition démesurée à l’irresponsabilité politicienne. Une bien mauvaise nouvelle pour la démocratie ivoirienne…Sauf à prendre les électeurs du FPI et en particulier les partisans de Laurent Gbagbo pour des idiots, ce que je ne suis pas près de croire !

Repost 0
Published by professeurfranklinnyamsi@over-blog.com - dans Konan Banny Côte d'Ivoire Guillaume Soro Election 2015 Alassane Ouattara
commenter cet article
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 18:52
Une amitié fraternelle et politique exceptionnelle lie ces deux hommes
Une amitié fraternelle et politique exceptionnelle lie ces deux hommes

Guillaume Soro, « Photocopie » Ouattara et l’Appel de Kong

Une tribune internationale de Franklin Nyamsi

Professeur agrégé de philosophie, Paris, France

Il y a des discours de province que certains abandonnent par négligence au contexte géographique secondaire où ils sont proférés. On les minore par coutume. Parce qu’ils ne sont pas dits dans tel espace solennel de la république, on s’empresse vite de les classer parmi les dires dont on peut se passer, alors même qu’ils sont la pleine expression de ce qui se passe au coeur de la cité. Ce sont pourtant, bien souvent des discours exemplaires. Bénéficiant d’une pression moins forte du contexte sur le parler politique, il sont dits sans langue de bois. Ils sont justement en cela exemplaires de ce que pense la classe politique. Or qu’est-ce qu’un exemple? La langue allemande nous est d’un grand apport pour penser ce terme. L’allemand, pour nommer l’exemple, dit « Beispiel », qu’on peut aussi écrire « Bei-Spiel », « jeu à côté du jeu », ou encore « jeu se déplaçant à côté du lieu où bien souvent, ledit jeu se déroule ». Ne faut-il pas penser, dans cette ambiance sémantique, les moins de cinq minutes de discours d’accueil du Ministre des Affaires Présidentielles Ouattara Téné Brahima à l’endroit du président de l’Assemblée Nationale Guillaume Kigbafori Soro le 30 décembre 2014 à Kong, à l’occasion de l’installation du secrétaire départemental du RDR? La politique ivoirienne, incontestablement, est un art sublime du « Bei-Spiel », du jeu qui se déplace sans cesse en fonction des nouveaux enjeux. Hors d’Abidjan et de Yamoussoukro, ont d’ores et déjà eu lieu les Appels de Daoukro et de Mama. Comment être surpris de ce qui vaut bien Appel de Kong, simultanément lancé par Ibrahim Ouattara et Guillaume Soro lors de l’installation du secrétaire départemental RDR de cette localité? Je voudrais m’appesantir dans la présente analyse sur ce que la cérémonie analysée a de significatif, non seulement pour le RDR au pouvoir, mais également pour l’ensemble de la Côte d’Ivoire politique contemporaine, à l’orée de l’année électorale 2015. Pour cela, j’essaierai de camper dans un portrait comparatif, les deux personnages clés de la scène de Kong. Il s’agira ensuite de rentrer dans l’économie de leurs discours, pour se saisir de ce qu’ils ont suggéré aux oreilles expertes, afin d’en tirer un vrai message d’éveil pour leur parti et pour une entrée en scène des forces positives du duel démocratique ivoirien en préparation.

I

Brève chronique d’une amitié fraternelle et politique

Entre Guillaume Soro et Photocopie Ouattara, il y a une longue histoire de partage et de solidarité existentiels. Ces deux-là, c’est connu, se connaissent plutôt bien. Par plusieurs fois, Guillaume Soro et « Photocopie Ouattara », sosie de son illustre aîné le président Alassane Ouattara, ont utilement rappelé aux observateurs les circonstances dans lesquelles ils se sont rencontrés. Il faudrait qu’on y soit définitivement attentifs. Car, c’est bien d’une alliance qu’il s’agit. En 1995, Guillaume Soro est encore Secrétaire Général de la FESCI, Ibrahim Ouattara travaillant comme cadre de banque à Abidjan. L’un comme l’autre ont en commun la région du Tchologo, dont l’espace qui va de Ferké à Kong en passant par Ouangolo leur est quotidien. Mais l’un comme l’autre sont travaillés psychologiquement et moralement par la montée en puissance, depuis l’avènement du premier ministre Alassane Ouattara au gouvernement du pays en 1990, de l’idéologie haineuse de l’ivoirité, distillée autant par les milieux d’extrême droite du PDCI-RDA que par ceux du FPI d’alors. Selon cette sinistre idéologie, faut-il le rappeler, toute personne au nom à consonance nordiste ou ouest-africaine devrait être considérée comme un danger pour la nation, les vrais ivoiriens étant, avant tout d’abord, ceux du centre, de l’ouest et du sud, autoproclamés de souche multiséculaire ivoirienne. En cette année 1995, c’est donc Photocopie Ouattara qui sollicite l’engagement de Guillaume Soro pour ce qui sera la cause politique majeure de la politique ivoirienne pendant deux décennies. De 1995 à 2015, qui niera qu’on ne peut penser la politique ivoirienne sans ce déclarer POUR ou CONTRE l’ivoirité? Guillaume Soro, lors d’un voyage commun, promettra à Photocopie Ouattara d’examiner sa doléance avec intérêt, sans doute parce que ses propres analyses politiques le convainquent de la vacuité morale de l’opposition gauchiste d’alors. Trois années de réflexion et de contacts divers marqueront cependant ce processus.

A partir de 1998, Guillaume Soro s’est affranchi du syndicalisme universitaire de la FESCI après une rupture décisive avec un Laurent Gbagbo qui l’aura définitivement convaincu que le FPI recherche davantage le pouvoir d’Etat que la démocratisation effective de la Côte d’Ivoire. Voyant venir le péril génocidaire ivoiritaire, Guillaume Soro monte aux avants-gardes de la jeunesse politique ivoirienne, déjà sous la junte du Général Robert Guéi en organisant un puissant Forum des Organisations de jeunesse, et ensuite par l’entrée en étroite relation avec la direction du RDR, dont il suppléera la Secrétaire Générale, la professeure Henriette Dagri Diabaté, comme candidat lors des législatives à Port-Bouët en 2000. Puis de 2000 à 2010 pratiquement, on verra Guillaume Soro diriger l’opposition ivoirienne au régime ivoiritaire. On sait dès cette époque que la réponse de Guillaume Soro à l’Appel à la convergence politique avec le RDR du Président Ouattara est positive. Sans s’inféoder au RDR, Guillaume Soro tiendra donc parole en assumant sa part de combat pour une Côte d’Ivoire nouvelle, débarrassée du venin de la haine tribale et de la discrimination politique. En 2011, le Secrétaire Général des Forces Nouvelles de Côte d’Ivoire, figure, sans surprise, parmi les candidats du RDR à la députation et c’est avec brio qu’il gagne le siège de Ferkéssédougou. De son côté, Photocopie Ouattara, jamais loin de son compère Guillaume, est élu maire de Kong et reçoit dès 2010 par la confiance du Président de la République Alassane Ouattara, le poste hautement significatif de Ministre des Affaires Présidentielles de la République de Côte d’Ivoire. Et quand en mars 2012, Guillaume Kigbafori Soro, après avoir été premier ministre et ministre de la défense, accède au perchoir du parlement ivoirien, seconde institution de la République, le sourire radieux qui éclaire le visage du ministre des Affaires Présidentielles est loin d’être faux. L’un comme l’autre, savent manifestement mieux que quiconque en dehors d’eux, l’extraordinaire périple qui a conduit le RDR au coeur de l’Etat de Côte d’Ivoire. Tels sont donc les deux acteurs principaux de la scène de Kong, le 30 décembre 2014.

II

L’arrière-plan de la scène de Kong: les conséquences controversées de l’Appel de Daoukro

Les meilleures pièces de théâtre se comprennent aussi bien par l’accès aux coulisses des acteurs. On y voit les metteurs en scène et les réalisateurs en pleine opération. Pourquoi le président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro irait-il jusqu’à Kong installer un secrétaire départemental et pourquoi faudrait-il, diantre que le ministre des Affaires Présidentielles en personne, maire de Kong s’implique personnellement dans cette réception? Certains ont prétendu que ces deux acteurs politiques s’ennuient et s’occupent donc du mieux qu’ils peuvent. D’autres, encore plus mauvaise langue, ont prétendu que cette rencontre n’était qu’une pure coïncidence d’agenda. Non, il faut voir plus loin que le bout de son nez en politique. Pour l’analyste politique que je suis, cette scène de Kong a plus de sens qu’elle n’en montre. Appliquons ici la méthode freudienne, qui nous recommande d’aller de ce qui est manifesté vers ce qui est latent, afin de saisir la profondeur même de sens du manifesté.

D’abord, il faut rappeler que le contexte de la scène de Kong est celui des suites de l’Appel de Daoukro du 14 septembre 2014, de l’Appel de Mama, et des contre-Appels que chacun de ces Appels a suscités dans les différents camps politiques ivoiriens. Focalisons-nous cependant sur l’Appel de Daoukro, celui de Mama étant en fait de bien moindre effet sur l’élection présidentielle future. Les paroles fortes du président Bédié à Daoukro ont traversé la médiasphère politique comme un raz de marée venu des tréfonds d’un puissant océan. Des lignes ont bougé. Il y a littéralement eu trois phases: premièrement l’euphorie du RHDP et tout particulièrement des militants du RDR, qui ont vu dans cet appel le pli définitif du match d’Octobre 2015, au nom de la sacrosainte mathématique électorale ivoirienne qui veut que celui qui bénéficie de deux des trois principaux piliers de la politique nationale gagne immanquablement l’élection présidentielle.

Deuxièmement, il y a eu la phase de modération de l’Appel de Daoukro. Le soufflet de l’Appel de Daoukro est quelque peu retombé, douché froidement par les critiques des obsédés du règne éternel du PDCI-RDA sur la Côte d’Ivoire. Ce reflux s’est avéré du reste, quand on a vu la levée de boucliers administrée par les opposants du président Bédié au PDCI-RDA, la valse des candidatures concurrentes dans le camp du RHDP, mais aussi la mobilisation faible du RDR dans un stade de Bouaké offrant ses gradins vides aux discours pourtant optimistes des hauts cadres de ce parti.

Troisièmement, il y a eu des révisions stratégiques du PDCI-RDA et du RDR sur la méthode de mise en oeuvre de cet Appel de Daoukro. Le président Bédié, dans un relatif tumulte semé par ses adversaires irréductibles en plein Bureau Politique, s’est replié vers l’option d’un congrès extraordinaire qui devrait réviser les conclusions du XIIème congrès du PDCI-RDA avant une convention unique du RHDP qui soutiendrait la candidature du Président sortant à la présidentielle 2015. De son côté, la direction du RDR faisait savoir son option pour une convention commune PDCI-RDR, qui confirmerait la candidature unique du leader naturel du RDR, le président Alassane Ouattara. Tout ne s’est-il pas passé comme si le RDR comptait sur le PDCI-RDA au moment où le PDCI-RDA, dans tous les cas de figure, s’avère aller aux présidentielles 2015 en rangs dispersés? Car à supposer bien sûr que le candidat officiel du PDCI-RDA soit le président Alassane Ouattara, est-ce pour autant que l’électorat potentiel des KKB, Essy Amara, Konan Banny, etc. obéirait nécessairement au mot d’ordre officiel du président Henri Konan Bédié? On ne saurait prendre ces questions à la légère, d’où l’importance ressentie par les gardiens du Temple du RDR de prendre résolument les choses en main.

III

L’Appel de Kong: une adresse solennelle de Guillaume Soro et de Photocopie Ouattara au RDR

Il convient dès lors que l’on se pénètre bien de ce qui s’est passé à Kong. Il s’agissait, ni plus, ni moins que d’un Appel, au moins aussi important en portée politique que ceux de Daoukro et de Mama, pour leurs camps politiques respectifs. Car l’Appel de Daoukro s’adressait au PDCI-RDA. L’Appel de Mama au FPI. Et l’Appel de Kong donc? Guillaume Soro et Photocopie Ouattara étaient en réalité porteurs d’un seul et même message de lutte à leurs camarades et aux sympathisants du RDR.

A mon sens, ce message est a un thème triple: primo, il émane du discours d’accueil du Ministre des Affaires Présidentielles, qui rappelle l’importance de l’engagement des Forces Nouvelles et notamment de Guillaume Kigbafori Soro dans l’arrivée au pouvoir du RDR. Le message de l’Appel de Kong émane secundo, de la réponse faite par Guillaume Soro au message d’accueil du maire de Kong, où le Chef du Parlement Ivoirien rappelle aux auditeurs que la victoire du RDR vient de très loin. Enfin, tertio, le message de l’Appel de Kong est une puissante exhortation faite par Guillaume Soro, parlant pour « la première fois » au nom du RDR, aux militants du RDR, afin qu’ils comptent résolument d’abord sur eux-mêmes pour assurer la victoire du Président Alassane Ouattara à l’élection présidentielle 2015.

1°) Voici quelques morceaux choisis du mot d’accueil de Photocopie Ouattara à son compagnon de lutte depuis deux décennies:

« Kong a toujours en conscience le combat politique que vous avez mené avec brio auprès de votre Frère, Son Excellence Alassane Ouattara»

« Lors de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle 2010, Soro Guillaume a dit: « au nom de ma foi chrétienne, j’atteste que Alassane Ouattara a gagné les élections ».

« Vous êtes un homme de vérité, et vous êtes un homme de droiture ».

Commentons donc. Le ministre Birahima Ouattara s’adressait-il à d’autres que ses propres camarades de parti, ses propres frères du Nord, et mieux encore, l’ensemble des alliés de la majorité au pouvoir du RHDP? Ce que Kong n’a pas oublié, d’autres villes emblématiques de la lutte anti-ivoiritaire l’auraient-elles oublié? On peut le deviner en filigrane. En décembre 2010, la reconnaissance de la victoire démocratique du président Ouattara par Guillaume Soro, alors premier ministre sous Laurent Gbagbo, a été le point de bascule de l’équilibre géostratégique ivoirien. On connaît les heures graves de l’Hôtel du Golf et ceux qui en assumèrent le tragique fécond. Qui oublie cela est un fossoyeur du RDR.

Ainsi, en réalité, ce n’est pas au camp du FPI que l’on expliquera l’importance de l’apport de Guillaume Soro à la victoire démocratique du président Ouattara. Cela le FPI le sait. Il ne sait que trop que la masse volumique de Bogota fut de la partie, décisive. Mais tout ne se passe-t-il pas aujourd’hui comme si, au fond, c’était au coeur du parti au pouvoir lui-même que des amnésies incroyables se sont développées ces derniers temps? Tel fut le sens du mot du ministre des Affaires Présidentielles: mettre résolument fin à cette espèce de triste non-dit politique qui veut que le RDR soit constitué de pro-Forces Nouvelles et d’anti-Forces Nouvelles, comme si le combat de l’ivoirier aurait pu réussir dans une telle division. Affirmer l’union des coeurs au RDR pour le juste combat de la démocratisation et l’émergence économique réelles de la Côte d’Ivoire.

2° Dans sa prise de parole, Guillaume Soro quant à lui atteindra deux cibles: d’une part, rappeler par la fraternité exceptionnelle qui le lie à Photocopie puis à Alassane Ouattara, la mémoire sublime de la ville de Kong, ville de grande résistance et de tradition royale, ville d’hommes de loyauté, dont le président de la république Alassane Ouattara est le digne héritier symbolique et réel; d’autre part, Guillaume Soro profitera de l’installation du secrétaire départemental du RDR à Kong pour rappeler à son parti politique les fondamentaux de l’élection présidentielle ivoirienne, dont il est sans conteste l’un des experts les plus attitrés au monde. Voici quelques morceaux choisis de la double exhortation de Guillaume Soro aux militants du RDR:

« Je suis très fier de me retrouver à Kong, dans cette ville historique, et de prononcer de surcroît mon premier discours public au nom du RDR. Mon Cher Ibrahim, vous êtes les dignes héritiers de vos ancêtres. La ville de Kong a donné à la Côte d’Ivoire son président démocratiquement élu en 2010. Le Président Ouattara est un homme de qualité, exceptionnel, un homme de parole. Je voudrais dire toute ma gratitude au président de la république, que je ne connaissais pas avant. C’est d’abord Ibrahim qui m’a parlé de son grand frère. C’est Ibrahim qui m’a porté les ambitions du président de la république. »

« Ibrahim, vient de me mettre le pied à l’étrier, puisque je parle ici pour la première fois au nom du RDR. Ibrahim, débrouille toi à me trouver d’autres occasions de parler au nom du parti ».

« M. Le Départemental du RDR, Diomandé Abdoul Karim, n’oubliez rien. C’est une erreur à ne pas commettre en démocratie. N’oubliez rien. Rien n’est joué d’avance. Levez-vous, allez dans les villages et dans les villes, mobiliser les ivoiriens pour la réélection du président Alassane Ouattara. »

« Au nom du parti, je vous charge dès à présent de travailler méticuleusement à la réélection du président Alassane Ouattara. Même quand une élection est évidente, il faut la préparer. Faites attention aux évidences. Une élection se prépare toujours. Et c’est le message que nous devons lancer à nos bases, partout sur le territoire national. Ne dites pas que c’est joué d’avance. Maintenant, le monde a changé, rien n’est joué d’avance. Ne dormez pas sur vos acquis. Faites passer le message du Président Alassane Ouattara!»

Les paroles du Chef du Parlement ivoirien n’appellent pas un long commentaire. Elles rappellent le RDR, pour l’essentiel, au B-A-BA du combat politique. Il ne faut pas espérer davantage d’une alliance si l’on n’a pas suffisamment unifié moralement et matériellement, mais aussi stratégiquement et tactiquement ses propres forces vives. Compter sur soi-même, essentiellement d’abord sur soi-même, telle est la discipline fondamentale d’un parti de pouvoir et d’un parti au pouvoir. Les arrangements internes du PDCI-RDA, avec ses candidats internes et indépendants, la guéguerre frontiste entre les pro-Affi et les pro-Gbagbo, bref tout le tralala des supputations politiques inter-partisanes, ne sauraient valoir la mobilisation rigoureuse et méticuleuse des militantes et militantes du RDR pour gagner la prochaine élection présidentielle. En politique, comme dans la vie, vaut parfaitement la maxime que Guillaume Soro, mieux que beaucoup d’entre nous, connait par coeur: « Aide-toi et le ciel t’aidera! ». S’aider, pour le RDR, c’est très clairement gagner en cohésion interne et en mobilisation visible pour labourer les sillons politiques d’un terrain où il faudra faire face à l’opposition des ultras du FPI et du PDCI, mais aussi à la frustration de certains déçus du RDR, afin de faire triompher la qualité du travail accompli et à accomplir encore par le Président Alassane Ouattara, dont l’abnégation exceptionnelle pour l’émergence ivoirienne est hors de doute. Car le bilan du premier mandat du président Alassane Ouattara est bon et il faut le faire savoir. Il reste l’immense chantier du social à couvrir. Et tous doivent se convaincre qu’ADO le veut et peut, à l’image de la Couverture Maladie Universelle qu’il a lancée et du Fonds Emplois Jeunes en cours d’installation. A ce prix-là, c’est un Guillaume Soro tout entier, comme son hôte Photocopie Ouattara, parlant « au nom du président de la république », qui ont lancé l’Appel de Kong: RDR, rassemble-toi vraiment, avec ce que tu as de meilleur, et reprend vigoureusement ta marche vers l’émergente ivoirienne! Décidément donc, il ne faut pas négliger les discours politiques de province.

Repost 0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 20:43

Les astrophysiciens nous ont appris à nous méfier de la lumière fascinante de certaines étoiles. Elles paraissent encore briller, vue de la terre. En réalité, il y a longtemps qu’elles sont éteintes et si nous les pensons brillantes, c’est juste par ignorance de leur statut astronomique actuel. Ne faut-il pas les restituer à leurs ténèbres réelles pour sortir de la fascination de leurs pseudo-lumières ? Ainsi des étoiles du régime despotique de la Refondation de Laurent Gbagbo, tel l’éphémère non-ministre Charles Blé Goudé, qui s’est donné en piteux spectacle hier 2 octobre 2014 à La Haye, dans une plaidoirie que je voudrais analyser afin de montrer pourquoi elle contribue à alourdir utilement les chaînes de l’ex-Général de la Rue ivoirienne. Armé de lunettes de circonstances qui lui donnaient une contenance intellectuelle toute affectée quand on sait la vacuité du parcours scolaire et universitaire du faussaire de l’Université de Manchester, Blé-La-Machette, ex-commandant des foules ivoiritaires lobotomisées par la haine de l’Autre homme, théoricien lunatique d’une révolution du matelas et de la casquette qui finalement n’eut lieu que dans sa propre imagination débridée, s’est triplement enfoncé hier 2 octobre 2014 à La Haye. Comment, me demanderiez-vous ? N’a-t-il pas brillé par sa verve, son audace, son verbe truculent et sa gestuelle de laboureur de terres arides ? Blé Goudé, je vais vous le montrer, s’est installé à vie dans le discrédit moral et judiciaire, après avoir bu en Côte d’Ivoire toute la tasse de l’infortune politique : a) par les nombreuses contradictions de sa plaidoirie ; b) par l’insupportable mépris dont il a fait preuve pour les victimes nombreuses de ses ordres criminels, autant au cœur de la galaxie des Refondateurs que dans les rangs des Ivoiriens du nord et des étrangers vivant en Côte d’Ivoire ; c) par l’inculture politique et la désinvolture massive de son argumentaire juridique étalés devant les juges de La Haye, qui pour le coup, ont eu l’occasion de voir comment le sorbonnard d’Abidjan a auparavant floué tant de naïves consciences en son pays.

Les contradictions d’une plaidoirie inutilement gesticulante

Hier 2 octobre 2014 à La Haye Blé a tout dit et son contraire. Sur le bien-fondé de sa présence à La Haye, qui n’a pas souvenance que Blé Goudé a soutenu par plusieurs fois qu’il était heureux d’être à La Haye, bien traité à La Haye, prêt à y demeurer avec intérêt autant que possible pour la manifestation de la vérité ? Hier, Blé a tourné casaque : « Qu’est-ce que je fais ici ? Pourquoi on m’a amené ici à La Haye ? Madame la Présidente, laissez-moi rentrer chez moi poursuivre mon œuvre commencée depuis le 2 octobre 2002 », tels sont les slogans à répétition que Blé Goudé nous a régulièrement servis pendant les 52 minutes de sa logorrhée sans queue ni tête devant le tribunal. Blé ne doit-il pas choisir entre la joie d’être à l’abri de la sanction d’un régime qu’il présente comme le pire du monde alors même qu’il doit la vie à la magnanimité de ce même régime du RHDP qui lui a offert l’opportunité d’aller pérorer à la face du monde ? N’est-ce pas cette Côte d’Ivoire d’Alassane Ouattara qui l’aurait nourri d’une sauce à l’eau claire sans viande qui devrait accueillir le même Blé Goudé si la CPI le délivrait tantôt ? Le luxe de La Haye serait-il devenu moins intéressant que les terribles cellules de la DST où Blé Goudé prétend avoir vu le diable en face avant son extradition ? La vraie raison du transfert de Blé Goudé à La Haye est pourtant connue : à la suite de son mentor Laurent Gbagbo, Blé Goudé s’est opposé violemment à la vox populi ivoirienne exprimée dans les urnes en octobre-novembre 2010. Il a mené des milliers d’ivoiriens au crime de masse, à la haine et à la mort violente en les entraînant à affronter la république légitime issue des urnes de 2010. Rebelle contre la démocratie et la république émergentes alors que le pouvoir Gbagbo souffrait d’un déficit chronique de légitimité politique depuis son coup d’Etat déguisé en pseudo-élection en octobre 2000, Blé Goudé, comme son mentor, sont responsables de la tragédie humaine que le rétablissement des institutions régaliennes de l’Etat ne pouvait éviter. Le prix de tout laxisme envers la Refondation en 2010-2011 aurait été l’explosion apocalyptique de la nation ivoirienne. Blé Goudé se contredit sur un autre plan tangible. Les faits de crimes contre l’humanité qui lui sont reprochés sont irréfragables. Les 3000 morts de la dernière crise postélectorale, provoquée par le régime Gbagbo, ne sont pas une métaphore. Blé prétend n’avoir jamais donné d’ordre d’affrontement à ses partisans contre les partisans du camp Ouattara ou contre les étrangers ? Sur ce point, les preuves abondent pourtant. Fatou Bensouda, la très professionnelle procureure de La Haye, en a servi à suffisance à la CPI. Blé est le seul à ne pas les voir ou revoir. A-t-on remarqué qu’il n’accepte de montrer aucune des vidéos où son œuvre haineuse explose à merveille ? A chacun de ses meetings de masse, Blé Goudé a promis la guerre aux Ivoiriens opposés à Laurent Gbagbo. Il a annoncé à l’ensemble de la CEDEAO que l’armée pro-Gbagbo et les jeunes patriotes les affronteraient victorieusement. Plusieurs fois, Blé a dit être prêt avec ses hommes et tous ses alliés pour la confrontation finale. Il a par plusieurs fois rassemblé les principaux chefs de l’armée rebelle à la démocratie, après l’élection de novembre 2010 et les a régulièrement incités à user de la force des armes contre les civils pro-Ouattara et contre l’ensemble des militants du RHDP en général. Le résultat de l’incitation récurrente des jeunes « patriotards » à la violence par Blé Goudé ne s’est pas fait attendre : des centaines d’exécutions sommaires à travers les villes du Sud ; des combats entre l’armée rebelle des FDS pro-Gbagbo contre les FRCI ; des victimes civiles dans les marchés et quartiers populaires s’en sont suivies par milliers. Qui a diantre oublié que Blé a utilisé des centaines de jeunes ivoiriens comme chair à canon quand lui-même se planquait subrepticement au Ghana en appelant au même moment à la plus farouche des résistances armées ? Enfin, Blé Goudé se contredit quand il évoque le statut de la Cour Pénale Internationale dans ses saillies. Si d’une part, Blé conteste le bien-fondé de sa présence à la CPI, il n’hésite pas à saluer l’existence de la justice internationale d’autre part. Blé en appelle même à une justice internationale exemplaire qui l’aiderait à reprendre sa carrière politique en Côte d’Ivoire. Blé croit en la CPI et insiste généreusement que ce soient d’autres Ivoiriens qui y soient pour répondre toutefois des crimes qui lui sont reprochés. N’est-ce pas un qui voulait prendre qui est ainsi pris ? N’est-ce pas la même communauté internationale, avec ses institutions judiciaires entre autres, que Blé a constamment diabolisée pendant une décennie de prêches enflammés ? Qui a fait abondamment agresser, tuer, insulter et vilipender l’ONU en Côte d’Ivoire, mieux que Charles Blé Goudé ? Ne sont-ce pas les camarades armés du même Blé Goudé qui ont donné la mort aux soldats nigériens de l’ONU à Taï, quand planqué au Ghana, Blé et les autres extrémistes de son camp rêvaient à haute voix d’une victoire par revanche militaire de la Refondation contre le régime du RHDP ? La CPI ne peut être à la fois légale et illégale. Blé doit boire le calice de la justice jusqu’à la lie ! Conscient que le régime Gbagbo a régulièrement contribué à consolider l’adhésion de la Côte d’Ivoire au Statut de Rome, Blé avoue donc que c’est à bon droit qu’il est à La Haye tout en se plaignant à la fois d’y être. On peut donc, au regard de la grossièreté des contradictions de Blé Goudé, faire l’hypothèse que sa propre parole fonctionne sur lui comme une force d’autosuggestion. Plus il s’agite, plus Blé Goudé croit avoir raison. Mais en réalité, il s’enfonce davantage, tels les gladiateurs du peintre Goya qui se battent dans la vase, s’enterrant progressivement par leur propre débauche d’énergie. Y-a-t-il cependant plus méchant qu’un type opaque à toute repentance et déterminé à se gargariser de ses propres mensonges ? Auscultons le cynisme pervers de Zadi Gbapê.

L’insupportable mépris de Blé Goudé pour ses victimes

Blé Goudé se comporte comme si la violence du régime Gbagbo envers les populations réputées proches de ses adversaires politiques n’était qu’œuvre de légitime défense. Quid du Charnier de Yopougon en octobre 2000 qui déclencha la rwandisation à pas forcés de la Côte d’Ivoire du 21ème siècle jusqu’en 2011 ? Quid des centaines de militants du PDCI et du RDR lynchés par les troupes militaires et militantes du régime Gbagbo en mars 2004 au vu et au su de tous ? Quid des crimes organisés par les expéditions des Escadrons de la mort entre 2002 et 2004, contre l’opposition civile ivoirienne d’alors ? Blé Goudé cite à foison dans sa diatribe foireuse, le MPCI-FN de Guillaume Soro, dont la compagnie lui manquerait tant à La Haye. La légitime défense a-t-elle meilleure illustration que le juste combat des Forces Nouvelles pour l’instauration d’une véritable démocratie en Côte d’Ivoire ? Pourquoi Blé Goudé ne se souvient-il pas de la manière dont Laurent Gbagbo, par l’entremise de la fibre ethnique instrumentalisée, s’est servi du même Blé Goudé pour discréditer à jamais la lutte citoyenne de la FESCI après Guillaume Soro ? Blé-la-Machette a-t-il à ce point oublié que c’est précisément pour sauver la Côte d’Ivoire d’une véritable apocalypse que Guillaume Soro et ses camarades se dressèrent dès 2001 contre le régime criminel de l’ivoirité, en pure et simple application du droit d’insurrection contre les despotes, que reconnaissent toutes les déclarations internationales des droits humains depuis au moins 1789 ? Les juges de la Cour Pénale Internationale de La Haye ont dû être impressionnés hier par tout autre chose que l’art oratoire de Charles Blé Goudé, qui n’épatera que ceux qui ne savent pas ce que parler en public veut dire. Contrairement à l’illusion de compétence oratoire dont il a fait un point d’honneur narcissique et récurrent tout au long de sa plaidoirie, Blé Goudé est plutôt un brailleur. Il parle très fort et s’étourdit tout seul. Il bouge sans cesse, mais c’est surtout parce qu’il croit que la vérité est dans ses muscles. Il multiplie les images foireuses, telle cette tête de panthère dont il faudrait chercher les dents chez celui qui l’a mangée. Blé montre justement, par le registre des bêtes sauvages, qui orne son propre discours, qu’il en est précisément une, lui-même. Blé se veut fauve et ne parle que d’histoires de fauves. Le matelas et la casquette ne feront jamais oublier la machette et les milices haineuses qui ont accompagné son aventure tragique dans le siècle ivoirien commençant. Ce qui a donc sûrement impressionné les juges de la CPI hier 2 octobre 2014, c’est la froideur de ce monstre non repentant, qui prétend avoir enseigné aux Ivoiriens le pardon qu’il ne demande pourtant à aucune de ses victimes. Lui, Blé Goudé, le caravanier de la haine et de l’hypocrisie, qui enjoignait au Général Mangou d’être prêt à la guerre contre la république émergente en 2011, se présente soudain comme une victime de l’Histoire qu’il a tenté de faire avec vilénie et lâcheté.

L’inculture politique et la cuistrerie judiciaire de Blé Goudé

Quand on n’a pas la patience d’étudier son époque et de s’imprégner des fondamentaux des sciences politiques, quand on est pressé d’avoir des diplômes qu’on ne mérite point comme notre fraudeur universitaire invétéré Blé Goudé, on ne tarde pas à être tôt ou tard une vraie calamité dans le champ politique. Des diplômes de communication bricolés sur le tard à coups de facilités diverses à Abidjan ne suffisent pas à masquer l’instabilité des facultés logiques de notre tribun de foire. Blé Goudé se prend pour le héros Mandela ? Il n’a pas dû lire l’Interview de 2010 à Jeune Afrique où Gbagbo affirmait que Mandela n’est pas du tout un héros. Blé Goudé estime que la guerre des soldats pro-Gbagbo contre la république de Côte d’Ivoire renouvelée par la démocratie est comparable à la résistance française de De Gaulle contre les nazis et Pétain ? Il n’a pas dû comprendre que l’équivalent ivoirien du nazisme et du pétainisme, c’est le social-nationalisme frelaté et xénophobe du FPI de Laurent Gbagbo. En prenant les discriminations de l’Apartheid et du nazisme en guise d’exemples, Blé Goudé s’est copieusement tiré tant de balles dans les jambes qui sortira parfaitement ligoté de ce prétoire. Les juges avaient tout le loisir, par l’imprudence naïve du braillard du COJEP, de rapprocher l’exclusion ivoiritaire de ses sœurs aînées à travers l’Histoire. Pour conclure, disons tout de même que je n’ai pas perdu 52 minutes de ma vie en regardant la dernière plaidoirie foireuse de Blé Goudé dans la nuit d’hier 2 octobre donnant au 3. La contemplation réflexive de cet être sans honte plastronnant à La Haye m’aura au moins convaincu de la nécessité de continuer d’armer moralement l’opinion africaine et mondiale contre la fascination des Blé Goudé nouveaux qui viendront, quand l’original Blé Goudé croupira sous ses chaînes amplement méritées à La Haye. La perspective d’une Côte d’Ivoire émergente et rassemblée dans le PDCI-RDR en projet est tellement rassurante que le travail de mémoire et de contre-mémoire que nous poursuivons pour l’Afrique du 21ème siècle doit redoubler de force et de vigueur, afin que les forces rétrogrades du chauvinisme ethno-national africain soient défaites par le droit d’abord, par la force légitime si nécessaire, partout où des peuples en souffrance le pourront. C’est cette vision cosmopolitique de l’Afrique, incarnée par la renaissance démocratique et républicaine de la Côte d’Ivoire actuelle qui nous enjoint à aider des haineux comme Blé Goudé à alourdir davantage leurs propres chaînes.

Repost 0
Published by professeurfranklinnyamsi@over-blog.com - dans Politique Afrique Côte d'Ivoire
commenter cet article

Présentation

  • : Blog du Professeur Franklin Nyamsi
  • Blog du Professeur Franklin Nyamsi
  • : Analyses socio-politiques.
  • Contact

Recherche

Liens