Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 22:13
Elégie sans protocole pour les morts de Fotokol-Cameroun

Fotokol, pour tous tes morts, qu’il me soit permis de parler sans protocole

Pour tous ces décombres où d’innocentes âmes torturées brûlent encore

Qu’il me soit permis de dire l’endroit où j’ai mal à mon Cameroun natal !

Me voici, nu de douleur et de tristesse, dru, crachant mon poème fatal !

Y a-t-il encore de la honte dans mon pays ou faut-il en racheter

Pour rafraîchir la mémoire aux arrogantes saillies de toutes lâchetés ?

On tue des femmes, des enfants, des hommes et des vieillards à Fotokol

Et la vie, insouciante, tranquille, se poursuit dans le protocole

D’un Etat passé maître dans le mensonge, la haine gratuite

D’une élite politique chargée d’un passé à l’envergure toute fortuite

Fotokol, mon amour, os de mes os et chair de ma chair

En moi, tu vivras, tes trémolos me sont chers !

On tue les miens dans mon pays natal, désuni par la bêtise

Et les chiens de garde de la dictature font tout à leur guise

On tue l’espoir d’une terre où le mépris des citoyens ordinaires

Est si abyssal que les masses désespérées se noient de bières

Fotokol, mon amour, où étaient nos vaillants soldats

Quand on étripait tant des nôtres, comme des abats ?

On a longtemps, si longtemps retourné les armes camerounaises

Contre le peuple du Cameroun, que les flammes de la fournaise

Obscurantiste qui s’abat sur ce peuple viennent du Nord et du Sud

Comme les longues décennies de mépris du pays sont absurdes

Fotokol, mon amour, quand tes cases seront-elles à nouveau vivantes

De la grâce des jours paisibles, quand les greniers remplis s’en ressentent ?

Ils tournent depuis des mois autour du pot, les maîtres tremblants du pays

Comme s’ils ne savaient pas que c’est la justice et la prospérité pour tous

Qui unissent contre l’ennemi commun comme un seul homme se dresse

Lorsque les brutes veulent faire leurs apocalypses perverses en tant de détresse…

Pleure, ô peuple camerounais de Fotokol, tes larmes nous réveilleront!

Pleure, ô peuple africain de Fotokol, désarme nos lâches poltrons !

Professeur Franklin Nyamsi

Paris, le 20 février 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by professeurfranklinnyamsi@over-blog.com
commenter cet article

commentaires

stage 4 lung cancer 19/03/2015 11:30

very nice post, i certainly love this website, keep on it

olivier de vergnies 09/03/2015 20:07

Merci pour cet article .

Présentation

  • : Blog du Professeur Franklin Nyamsi
  • Blog du Professeur Franklin Nyamsi
  • : Analyses socio-politiques.
  • Contact

Recherche

Liens