Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 12:07
Géopolitique de la guerre contre Boko Haram (1ère partie)

Géopolitique de la guerre contre Boko Haram: Nigéria, Cameroun, Tchad et Niger dans la tourmente

1ère partie

Quels Etats africains face à Boko Haram?

Un dossier d’analyses de Franklin Nyamsi

Professeur agrégé de philosophie

Paris, France

Il y a une métaphysique de la guerre, impitoyable en son principe. Acceptation anticipée de la mort reçue de l’ennemi comme de la mort donnée à l’ennemi, la guerre confronte l’humanité à ses raisons ultimes de vivre ou de mourir. La guerre n’est décidément pas une affaire terre-à-terre. Elle remue bien au contraire, terre et ciel. Ici-bas et au-delà. Des berceaux aux tombeaux, de la nuit éternelle d’avant à la nuit éternelle d’après, la guerre ouvre la boîte de Pandore des possibles infinis. La guerre convoque donc les forces surnaturelles de l’âme humaine à l’épreuve du feu ami ou ennemi. La guerre se déroule en très bonne partie alors par-delà bien et mal, dans la sphère obscure de la volonté de puissance, qui combine l’inhumain, l’infra-humain et le supra-humain. En allant en guerre, on pose un acte de non-retour qui doit être l’articulation d’une véritable vision prospective, d’un désir d’avenir qui prend le risque de sa propre impossibilité pour donner une chance réelle à sa réalisation.

On peut dès lors comprendre à cet égard qu’en toute guerre sérieuse « Il y aura des morts, il y aura du sang, il y aura des sacrifices ». Ainsi parlait le président tchadien, Idriss Déby, le 17 janvier 2015, au moment où un important convoi de troupes de son pays pénétrait courageusement dans le nord-Cameroun, dans l’intention de traquer Boko Haram. Au fond des choses, constatons cependant que les grands conflits politiques ont le don, incontestablement, de révéler les grandes failles des Etats, mais aussi d’offrir des rampes de lancement à leurs grands hommes. Qui niera que la tournure prise par la guerre contre la secte obscurantiste et criminelle de Shekau Aboubakar fonctionne comme un révélateur de l’état de santé réelle des Etats nigérian, camerounais, tchadien et nigérien, en ce début d’année 2015?

Je voudrais montrer dans le présent dossier d’analyses que la guerre contre Boko Haram nous apprend au moins trois choses: 1) Que les armées des Etats économiquement, socialement et politiquement fragiles sont aujourd’hui les moins aptes à affronter le terrorisme; 2) Que l’intégration socioéconomique et politique des Etats africains est la condition essentielle de leur émancipation et de leur prospérité postcoloniales; 3) Que l’absence d’une culture politique dominante de l’idéologie républicaine, démocratique et pluraliste en Afrique servira longtemps encore, malheureusement, de terreau fertile aux dérives stupides du nationalisme dogmatique, de l’amateurisme technocratique et bureaucratique, et de l’extrémisme politico-religieux africain. Ainsi pourrions-nous peut-être articuler la métaphysique de la guerre à une géopolitique porteuse d’espérance pour les peuples africains.

I

Quels Etats africains font face à Boko Haram?

Je ne m’étendrai pas ici sur le contenu monstrueux, immoral, arbitraire et inacceptable des prétentions politiques de Boko Haram. Je me suis étendu ailleurs sur l’idéologie politico-religieuse de cette engeance abjecte. On ne peut ni admettre les revendications, ni se compromettre avec Boko Haram sans se disqualifier résolument sur le plan politique. Il faut cependant s’intéresser aux raisons contextuelles de son enracinement dans les sociétés africaines actuelles. Car il y aurait presque autant d’absurdité à délivrer un chèque en blanc aux régimes africains confrontés au jihadisme.

La secte criminelle Boko Haram, on le remarquera d’emblée, s’est installée dans les zones d’échec des Etats Africains qu’elle harcèle. Ses colères prospèrent dans la misère des millions de personnes abandonnées au hasard des saisons au coeur de l’Afrique. Le nord-est du Nigéria, le nord-Cameroun, le sud du Niger et le centre-ouest tchadien, en un mot la zone du Lac Tchad est l’une des plus pauvres au monde, en raison de politiques de développement insuffisantes et peu volontaristes de la part des Etats concernés. On remarquera par voie de conséquence que les populations parmi lesquelles Boko Haram recrute en masse sont celles qui ont le moins reçu des Etats concernés, les services présupposés par toute appartenance citoyenne authentique à une république: hôpitaux modernes, système éducatif de qualité, intégration dans les processus politiques nationaux et protection contre les facteurs d’insécurité quotidienne (coupeurs de routes, grand banditisme, corruption des forces de sécurité étatiques, etc), intégration régionale, continentale et mondiale réussie. Voilà le terreau de défaillances qui sert d’engrais à la banalité rampante du mal obscurantiste.

Véritables hôpitaux qui se foutent de la charité, les Etats africains qui combattent Boko Haram se caractérisent dès lors par trois traits paradoxaux:

a) La criminalité endogène de nombreux Etats africains les oppose moralement aux populations respectives de leurs pays : comment des Etats où la corruption d’Etat prospère depuis de longues années, des Etats qui ont régulièrement et impunément tué des centaines, voire des milliers de leurs propres concitoyens, des Etats qui ont abandonné des pans entiers de leurs territoires aux pillards peuvent-ils avoir la confiance des populations quand ils s’engagent dans la lutte contre le terrorisme? Le terrorisme d’Etat, typique des Etats tchadien, camerounais, nigérian et nigérien ces trente dernières années est un sérieux handicap à la crédibilité éthique de leur combat pourtant nécessaire contre le terrorisme religieux. N’est-ce pas, à titre d’exemple, ce qui explique que l’armée tchadienne, que les populations camerounaises ne connaissent pas, soit applaudie et accueillie chaleureusement par des Camerounais alors que l’armée camerounaise est regardée avec tiédeur et méfiance par les mêmes? On peut faire l’hypothèse que dans certaines parties du Tchad, des militaires camerounais seraient, de même, mieux accueillis que des militaires tchadiens. Comme on peut aussi faire l’hypothèse que des militaires tchadiens seront mieux accueillis au nord-est du Nigéria que des militaires nigérians. Et ainsi de suite.

Nul n’oubliera en particulier pour le Cameroun que, de la répression anti-upéciste des années 50-70, du coup d’Etat de 1984 aux répressions anti démocratiques des années 90, des massacres de civils pendant les commandements opérationnels dans les années 90-2000 aux tueries militaires des centaines de manifestants camerounais lors des émeutes de la faim en février 2008, les forces armées ont régulièrement rompu le contrat moral qui devrait les lier au peuple. Nul n’oubliera les affres de la guerre civile tchadienne depuis la mort du Président N’garta Tombalbaye dans les années 70, avec le long cortège funèbre d’assassinats de civils occasionnés par les armées rudes des différents tenants du pouvoir et de leurs opposants, sous Hissène Habré, Goukouni Weddeye, Abdelkader Wadal Kamougué, Idriss Déby Itno, Acheikh Ibn Oumar ou même Idriss Miskine, entre autres grands chefs de guerre. Nul n’oubliera la longue instabilité criminelle de l’Etat putschiste nigérian depuis 1960, avec les épisodes critiques du Biafra dans les années 70, mais aussi la répression des irrédentismes du sud autour de la rente pétrolière dans les années, 80, 90 et 2000. Nul n’oubliera que l’Etat nigérien, aujourd’hui en grave crise interne entre les partisans du président Issoufou et ceux du président du parlement Hama Amadou, a souvent été au coeur d’une tradition militaro-putschiste qui en constitue encore l’ADN-politique depuis le temps des Seyni Kountché, Souaibou, Barré Maïnassara, Mallam Wanké et consorts, avec les saisons criminelles qui les accompagnèrent.

b) La structure souvent anti-républicaine des armées africaines les rend inaptes aux défis du terrorisme religieux international: comment des armées, majoritairement conçues pour préserver des régimes politiques illégitimes contre leurs peuples, peuvent-elles défendre ces peuples contre l’agression d’une secte qui se prévaut de la même moralité que les régimes en place? L’obscurantisme politique ne saurait vaincre l’obscurantisme religieux. On va de Charybde en Scylla. Au Cameroun, par exemple, on a constamment dégarni et négligé les autres corps de l’armée aux seuls bénéfices du BIR et de la Garde Présidentielle, qui ne peuvent à la fois servir à la répression des citoyens revendiquant la démocratisation réelle du pays, et à la défense du territoire contre les hordes de Boko Haram. Lorsque les moyens exceptionnels des armées d’une république sont mis au service de la sécurité exclusive du régime et du Chef de l’Etat, comment croire que ces forces exceptionnellement consacrées à la répression des oppositions civiles soient en mesure de faire face à une adversité proprement militaire? On peut parfaitement faire l’hypothèse que l’incapacité du Cameroun à sécuriser son territoire face à Boko Haram e s’explique pas seulement par la guerre asymétrique menée par un ennemi qui bénéficie d’une base-arrière importante en territoire nigérian Au Nigéria, on voit très clairement comment des pans entiers de l’armée se sont démobilisés et évanouis dans la nature quand il fallait porter des coups de boutoir décisifs à Boko Haram. Au Tchad, le consensus politique toujours défaillant entre le Nord et le Sud est loin d’avoir définitivement rassemblé tous les Tchadiens autour des actions militaires du président Déby. La lutte contre le terrorisme requiert pourtant un Etat bien intégré, une intimité morale entre les forces de défense et les populations civiles, des services de renseignement modernes et efficaces dédiés à la sécurité de l’Etat et non à la répression des opposants politiques légitimes, des moyens matériels et financiers appropriés, un cadre législatif et judiciaire exempt de toute manipulation politicienne.

c) La faible coordination régionale des Etats menacés par Boko Haram est à la fois la conséquence de leur autoritarisme interne et la condition de la continuation de la tragédie en cours. Le principe diplomatique de non-ingérence entre les Etats camerounais, nigérian, nigérien et tchadien aujourd’hui confrontés à la secte criminelle Boko Haram a souvent servi de cache-sexe à leur brutalité traditionnelle contre leurs populations respectives. Or Boko Haram attaque aujourd’hui par-delà les barrières frontalières et impose à des gouvernements qui s’entendaient à la règle implicite du « Chacun pour soi, Dieu pour tous », un exercice inhabituel: la concertation et la mutualisation des moyens contre un ennemi commun. Difficile reconversion d’Etats sourds et indifférents à la modernité géopolitique! On a vu, par exemple, que c’est parce que la Force multinationale logée dans la ville de Baga, au nord-est du Nigéria, près du Lac Tchad, s’est retirée lâchement des lieux, que les massacres inimaginables de Boko Haram contre les populations de cette ville ont été possibles. On a entendu un porte-parole de l’armée nigériane, qui ne contrôle pourtant plus le nord-est de son territoire, prévenir tchadiens et camerounais qu’elle ne tolèrerait pas que leurs forces exercent le droit de poursuite contre les assaillants de Boko Haram en territoire nigérian. On a vu la cacophonie de la réunion d’urgence tenue récemment à Niamey entre les représentants de ces Etats aux abois, qui en sont venus, bon an mal an, à confier le QG de la force commune au Tchad, comme dans un aveu d’inexpérience et de désarroi.

En vérité, ne faut-il pas résolument que le progrès démocratique et l’intégration régionale deviennent les urgences respectives et communes de ces Etats menacés de mort, s’ils veulent résolument affronter les dangers de la pauvreté, de l’obscurantisme et surtout de la guerre civile qui se niche naturellement dans ces milieux d’incubation criminelle par excellence?

Tel sera l’objet de la 2ème partie de ce dossier d’analyses, à suivre sur guillaumesoro.ci

Partager cet article

Repost 0
Published by professeurfranklinnyamsi@over-blog.com
commenter cet article

commentaires

mehdi mountather 22/11/2015 12:07

Aux kamikazes de satan Daech Boko Haram Al-Mourabitoune les chiens de l'enfer de poser leurs armes et la fin d'israél aujourd'hui avant le 27.11.2015 pour éviter la vengeance d'ALLAH par un cataclysme pire que le tsunami de Japon ouragan pire que Cathrina ou un astéroïde en Usa et dans le monde si la fin du monde vendredi 27.11.2015 aux non musulmans de se convertir a l'islam pour éviter l'enfer l'islam religion d'ALLAH pour les êtres humains pas pour les terroristes.